Le Déni

Le Déni

Hello, beautiful people!

Représentation de comment je vous accueille aujourd’hui!

J’espère que ce début de semaine est synonyme de positivité et d’abondance dans tous les aspects de vos vies! Le temps passe tellement vite en ce moment que je ne me retrouve plus! Je ne m’étais pas rendue compte que mon dernier article remontait à si loin!

BREF!

Me revoilà avec du contenu comme vous l’aimez (Je pense)!

Je passe rarement par quatre chemins pour annoncer les thèmes de mes textes, simplement parce que je suis de nature impatiente et que je veux tout simplement que vous sachiez d’entrée à quoi vous attendre.

Aujourd’hui je vous parle de la notion de déni. Le déni est par définition très simple, l’action de dénier, de refuser de reconnaître la vérité ou la réalité d’une situation. Dénier, c’est faire le choix de ne pas voir ou accepter une réalité.

Le déni peut se manifester dans plusieurs circonstances de la vie quotidienne. On peut refuser d’accepter la maladie d’un(e) proche, ou refuser d’accepter une rupture amoureuse et se convaincre qu’un retour est possible par exemple. Lorsque les faits ne nous conviennent pas, se convaincre que la situation est temporaire, voire imaginaire.

En tant qu’individus changeants, c’est un procédé par lequel nous passons tous à un moment de nos vies. Il peut être rapide et anodin ou au contraire créer des situations encore plus compliquées par refus d’acceptation.

Je trouve le cerveau de l’Homme très fascinant. Pour se protéger, il est capable d’agir de manière complètement autonome. J’ai souvent entendu parler de personnes qui ne se souviennent de leurs traumatismes que bien des années après, comme si le cerveau les avait enfoui dans une partie dont la personne même ignorait l’existence.

Tous les types de déni sont psychologiques, mais je m’intéresse aujourd’hui à celui créé par la gêne et la colère. Ces deux émotions nous poussent parfois à ne pas reconnaitre nos erreurs et à se convaincre que l’on est dans le vrai et que c’est notre prochain qui a une manière erronée de voir le monde, juste pour ne pas avoir à admettre que l’on s’est trompé.

J’ai déjà entendu des gens se dire zen alors qu’ils sont extrêmement nerveux; d’autres qualifier leur entourage de susceptible alors qu’ils sont les premiers à tout prendre de travers; à dire qu’ils ne recherchent à plaire au monde alors qu’ils passent leurs vies à attendre la validation des autres; ou encore se convaincre qu’ils sont la personnification de l’humilité alors qu’ils en manquent énormément. C’est toujours la faute de l’autre, même quand ils agissent/ réagissent mal. Et ils sont toujours les premiers à fuir la confrontation, prétextant ne pas aimer les problèmes.

Ils sont tout simplement trop gênés ou en colère pour admettre qu’ils ne sont peut-être pas irréprochables, et la remise en question est souvent une notion qui leur est étrangère. Elle prend beaucoup de temps (et nécessite des fois des actions) pour qu’une autoréflexion s’impose.

Ce genre de déni n’est pas forcément à critiquer, dans la mesure ou on suppose qu’eux même ne s’en rendent pas compte. Certains on été élevés avec des principes et des valeurs qui sont, ce n’est que mon opinion, tout simplement synonyme d’un manque d’éducation. Ce comportement commence à être reprochable lorsqu’une fois notifiés de leurs actions ou d’une situation, ils choisissent de ne pas y remédier et de se positionner en victime (ou dans une posture défensive). A partir de là, il n’y a plus d’excuses.

Je pense qu’il est très important pour votre santé mentale et psychologique de vous éloigner de ce type de personnes. Votre estime de soi risque d’en prendre un coup si vous vous entêtez à les garder dans votre entourage direct. Ce sont généralement des manipulateurs qui ne reculeront devant rien pour vous faire passer pour qui vous n’êtes pas, et même des fois vous pousser à bout et vraiment faire de vous cet individu aigris qu’ils aiment pointer du doigt pour justifier leurs mauvaises actions.

Combien de fois j’ai entendu dire que j’étais ‘compliquée’, que j’étais ‘difficile’, que patati et patata. A tel point qu’à un moment de ma vie, je commençais toutes mes phrases par ‘Je sais que je suis compliquée’ etc. J’étais devenue mon propre ennemi et je ne m’en rendais même pas compte.

Ceux qui sont dans un déni volontaire peuvent être de véritables bourreaux pour vos esprits, et par leur nature manipulatrice, ils peuvent vous convaincre que leur réalité est la bonne.

Si vous avez reconnu quelqu’un de votre entourage dans cet article, commencez par échanger avec lui/elle. Si la communication n’entraine pas d’amélioration, essayez encore. Autant de fois que votre volonté vous le permet, sans mettre en mal votre paix du coeur.

Dès que vous sentez que leur présence met en danger votre paisibilité, votre positivité, votre enthousiasme et votre optimisme, prenez vos jambes à vos cous!

Keep living in your light and with your inner peace intact!

Voilà pour aujourd’hui! Je vous fait plein de bisous et vous souhaite une superbe fin de semaine!

With love, Narcisse Xx

La Nature Humaine

La Nature Humaine

Narcisse’s Diary s’est refait une beauté! Nouveau logo, nouvelle aventure!

En grandissant, ma mère m’a toujours enseigné qu’il fallait éviter de faire à son prochain ce que l’on n’aimerait pas qu’il nous fasse à son tour.

On ne peut exiger d’une personne respect et considération, si nous ne lui en donnons pas en retour.

On ne peut exiger d’être écouté, d’être compris, si on ne fait pas l’effort d’écouter et d’essayer de comprendre.

Une notion qui porte tout son sens, selon moi.

Read more

Goodbye Negativity

Goodbye Negativity

Hi, hi!

Did you miss me a lot or even more than that?

21_madelainepetsch_wink

It is the beginning of a new week and I am super excited to be starting it by publishing this new article!

I haven’t been able to post anything for over a month, and this is simply because I have been going through a serious period in my life. One, I believe, every [aspiring] writer goes through: The infamous writer’s block.

Let me tell you that it is very much real.

It was not that I didn’t have anything to write about, but I just could not manage to formulate these ideas into words, let alone lengthy and entertaining articles.

Words were just stuck in my head and didn’t want to fall out of it. As much as I have tried writing this whole time, I simply could not.

I also let laziness push through, if I am being completely honest. I was so busy living my life and trying to get things done that I left the blog on the sidelines.

BUT!

I am back now, and with good reason. I have finally found a new topic that will surely make for a nice blog post.

Read more

UNAPPRECIATED

UNAPPRECIATED

Hello, beautiful people 💛

tumblr_mgnpzenlyx1rpvbqco1_500

How have you all been?

How is 2019 treating you so far?

It’s been so long since I have last updated the blog with an article. I was at loss for inspiration, to be perfectly honest with you.

I kept writing, but nothing was ever finished, therefore, ever good enough to be posted.

This week, I am quite inspired. Inspired by my joy, my anger, my pain, my love, my happiness, and everything that makes me, me. So, many articles are on the way!

I generally write from my own experiences, so remember that I am never looking to be accurate, I’m looking to be relatable instead. Always.

I want people to feel like they could have been the ones writing these blog posts, I want them to understand the emotions I try to convey and to feel like they can be understood as well.

All of this to say that today’s topic was not written for any particular reason other than me wanting to share a piece of my heart.

Read more

HAPPY NEW YEAR

HAPPY NEW YEAR

2019 IS FINALLY HERE!

I don’t really know if I can say « finally » because let’s be honest, 2018 went by in a FLASH!

I still vividly remember new year’s eve for 2018 as if it happened yesterday. I guess time really flies by when you’re enjoying yourself.

And this is exactly what 2018 was to me: A year of discovery, of changes, of new beginnings, but all in all an enjoyable year.

It was transformative, fulfilling and full of lessons!

Read more

How To Succeed In Life?

How To Succeed In Life?

Hello, my dear readers!

How have you all been? I hope this week has been treating you very well, but if not, thank God it’s Friday, right?

With that being said, I have been working on this article for the past month (Narcisse, Professional Procrastinator at your service!) and finally had the courage to finish it yesterday! Yahoooooo!

Things have been pretty hectic since I started working full time, but I am learning a lot both professionally and about myself through this whole process.

For example, I know now that I am the type of person who prefers working in a group. Brainstorming and coming up with fresh or upgraded projects with my colleagues has been the best part of my job, so far.  The range of perspectives is so wide and refreshing to see! No idea is wrong, too far-fetched or not good enough, as long as you work on it to make it a viable one.

When you think that there is nothing more you could learn from anyone, that is when you are in the wrong. I keep learning through other people’s experiences and I love it!

Now, let’s jump right into the topic: How To Succeed In Life?

First of all, the question is way too broad to have one simple answer. Success is a very subjective notion. Simply because my idea of success might not be yours or the next person’s. We all have things we dream of accomplishing; things that will make us feel fulfilled and complete, and because we’re all so different as individuals, we tend to have different aspirations.

The real question to ask yourself is: what do you wish to accomplish that would make you happy to the point where you feel like you have succeeded in life?

Is it your career? A good love life? A particular family unit? A better mental state? etc. There are so many different life aspirations making one person focus on a thing someone else has no interest in. You can also have many different aspirations and goals, for sure.

I am writing this piece knowing that I haven’t accomplished all of my professional goals yet so some may think that I am not the most suited to tell them about what being successful means. Fair enough, there are far better examples out there.

On the other hand, I feel very accomplished on a personal and psychological level with the unit that has gathered around me ( family, friends, and close ones).

And I have been in contact with people of such different life and work lines that I was able to come to the conclusion that the best way to achieve any type of success is to strongly believe in your capacities to do so, work hard for it and NEVER give up halfway. Whatever it is.

Some people’s goals are purely work oriented. They want to climb up the ladder, leave a mark in their field of expertise and will feel fulfilled when that happens. Some just want to get a job that will allow them to be financially independent and stable.

You can find people who have more family oriented goals. They dream of improving or maintaining their family dynamics, with love, joy, respect, etc. Some others want to be the ones to build these types of units.

These are just a few examples, but there are tons of them out there.

It is always a long and hard process, that much I can admit, but eventually, with perseverance and consistency, you will get there. The advice I would give is to set some short-term goals leading to your bigger one.

For instance, if the road to a better mental state and a more positive life is the most prominent concern to you at the moment, set yourself short-term goals to achieve. Positive actions you could do to make the day, week, month a little better for yourself. Small things like reading a book, opening up to someone, treating yourself twice a month, and so on. These short-term goals will help you get to where you want to be. Slowly, but surely.

This is important because celebrating these small victories one by one will motivate you to continue and reassure you that you are on the right path.

Another very valuable factor is how you present yourself toward achieving your goal. Thinking negatively, being constantly pessimistic and doubtful will not take you very far. You will only be faced with more fears and obstacles of your own making. It is extremely important to be able to accept that it is not going to work out every time (whatever the goal is). You are going to fall head or butt first, but you are going to have to stand up again and keep going. And that’s ALRIGHT!

BV-Acharya-5

It is also crucial to be able to distinguish the reality you want to live from the conception you think you should be a part of (as a man, a woman, etc). Once again, people can have many aspirations at once, but it is imperative to always remain focused on the one dearest to your heart. Not only the one society has decided you should achieve to be considered successful.

Maybe this is not really what you want, and you are just trying to fit in the constructed norms of your peers. Break away from that.

To be honest there is no right or wrong formula when it comes to leading a successful life. Do it as you see fit, as long as it feels right for you, that it causes no harm to anyone, and that you work hard for it, then it is all that matters.

Start with listing your steps:

  • Set a long-term goal
  • Set some short-term goals
  • Be perseverant and consistent
  • Face and exceed your fears
  • Stay focused
  • Be patient
  • Believe in your capacities
  • DON’T give up
  • Accept to fall and always be ready to stand back up again

So, of course, I don’t have the answer as to how to succeed in life, but I am hopeful that these words will help you get a good start.

Basically, it all starts inside. Positivity attracts positive outcomes, I strongly believe that.

I hope this short article has helped you in any way possible, and if you have some comments about the content, do not hesitate to contact me. I am open to discussion and to share ideas.

Sending positive energy to everyone. Much, much love and have a great weekend!

20150327221922-success-winning-inspirational

Narcisse Xx

 

All photos’ credits to their original owners.

 

 

My Friends Are Goals (FR)

My Friends Are Goals (FR)

Bonjour, bonjour par ici!

Comment allez vous? J’ai l’impression que ça fait super longtemps que je n’ai pas posté d’article!

Il y a quelques semaines j’ai parlé d’un sujet qui m’inspire en ce moment et sur lequel j’avais envie d’écrire: Les types d’amitiés (ou d’amis).

J’ai voulu tenter quelque chose de nouveau et en faire une vidéo plutôt qu’un article, mais en l’éditant j’en ai perdu l’envie. Allez savoir pourquoi…

Donc me revoilà avec ma bonne vielle méthode! Comme ça au moins c’est fait!

Pour cet article je m’inspire de mon expérience avec les types d’amis que j’ai eu à rencontrer. J’ai une relation particulière avec chacune de mes copines et quand je pense à notre cercle, je vois bien que chacune d’entre nous joue un rôle clé dans la dynamique positive que nous avons créée.

Pour dire vrai j’ai toujours eu plus de facilité à m’entendre avec les garçons.

a33bc92114b470e7c3cef1e251fbc2b02b58e36d_hq

Au lycée mes amis les plus proches étaient des garçons, et je me sentais plus à l’aise avec eux. Ce n’est pas que je fuyais la compagnie de mes amies, mais je pensais (Peut-être injustement) que dans les grands groupes de filles il y avait souvent beaucoup trop de non-dit (car c’est l’époque des premiers béguins amoureux, des petits secrets que l’on pense énormes, etc…haha!). Je me limitais à deux ou trois très bonnes copines à qui je pouvais me confier pleinement.

Je me suis rendu compte avec le temps que ça n’avait absolument rien avoir avec la taille du groupe ou le genre concerné, mais plus avec la maturité, la patience et l’honnêteté de chaque personne qui le forme, moi y compris. Mais c’est sûr qu’à 17 ou 18 ans, c’est compliqué de réfléchir ainsi.

En grandissant on comprend que les gens sont différents de nous, et que ça implique qu’ils réagissent et perçoivent les choses différemment, mais que cela n’empêche en rien qu’ils puissent devenir nos compagnons les plus chers.

C’est là toute la beauté de l’amitié. On s’accepte avec nos défauts et on essaye sans cesse de créer un espace propice à la communication et au partage.

Cet article est aussi un petit hommage à toutes ces personnes qui rendent notre quotidien plus agréable, plus certain, de par leur présence et qui nous donnent l’impression de compter.

Sans plus tarder, je me lance!

645ad113e588870749ceae1d1ae497c8

Les types d’amis que l’on apprécie:

L’ami « Ride Or Die »: Ces types d’amis qui sont toujours présents pour vous et qui ne réfléchissent pas longtemps lorsqu’il s’agit de vous venir en aide. Ces amis que vous pouvez appeler à n’importe quelle heure en cas de crise (petite ou grosse).

Mon amie RoD est prête à tout lorsqu’elle ressent que l’amitié est sincère, et parfois se retrouve dans des situations un petit peu complexes, mais ça ne change rien à la pureté de ses actes. Ce type d’amitié nous en apprend beaucoup sur notre vulnérabilité et sur notre besoin d’être entouré émotionnellement quelques fois.

L’ami calme: Ces amis qui font leur petit chemin sans déranger personne, qui évitent au maximum les conflits et qui sont de nature plus douce/tolérante que vous.

Mon amie calme est la plus timide du groupe. Elle a souvent du mal à se confier sur ce qu’elle ressent, mais ce n’est pas parce qu’elle garde tout pour elle, mais plus car il n’y a en réalité pas grand chose qui la dérange profondément. Le contact avec ce genre d’amis aide à canaliser ses propres ébullitions d’émotions, à relativiser, à peser le pour et le contre et réagir le moins émotionnellement possible.

L’ami introverti: Le nom laisse savoir les traits de ces types d’amis que l’on a tous (ou que l’on est). Ils préfèrent le calme et le confort de leurs chambres, aux soirées avec un tas de monde. Généralement les plus réservés, il leur arrive de dire non à certaines sorties juste parce qu’ils n’en ont pas envie.

Au départ c’était compliqué de gérer la personnalité de mon amie introvertie, mais avec le temps j’ai compris qu’il n’y avait rien de malicieux dans ses actes. Elle est juste du genre à préférer la compagnie d’un petit groupe de personnes à la fois, ou à opter pour une soirée où elle pourra faire une introspection sur sa vie, sur ses actions, etc.

L’ami extraverti: J’ai plusieurs amis qui entrent dans cette catégorie et qui sont toujours partants pour ce qu’on leur propose. L’extraverti aime rencontrer du monde, apprendre à connaitre de nouvelles personnes, et est de nature aventureuse. Tout ce que j’aime!

Perso, je suis ce genre de personne, donc le fait d’en avoir d’autres comme moi dans le groupe est tellement stimulant!

L’ami brutalement honnête: Les amis qui ne mâchent pas leurs mots. Ils se soucient peu de comment ils formulent leurs opinions du moment que le message est passé. Ce n’est pas ceux qui vont vous caresser dans le sens du poil mais vous dire ce que vous avez besoin d’entendre, vous le dire lorsque vous agissez mal et vous aider à rectifier le tir. Souvent ça peut passer pour des critiques, mais c’est juste à cause de la manière dont ces amis choisissent de dire les choses. La communication avec ce genre d’amis prend du temps et beaucoup de patience, mais les avoir dans son cercle est tout à fait indispensable, à mon avis.

L’ami miroir: Ces amis qui sont comme vous! Qui réfléchissent comme vous, réagissent comme vous, voient les choses comme vous. Ça peut être bénéfique comme très toxique car vous vous retrouvez en face d’individus qui ne vont pas toujours vous aider à voir au delà de la situation. Il peuvent néanmoins s’avérer être des amis formidables dans les bons et mauvais moments, car il comprennent véritablement vos sentiments.

L’ami que l’on couve: C’est généralement des amis plus jeunes que nous (ou nos jeunes frères et soeurs). On les protège du monde, on leur donne des conseils, même lorsqu’ils n’en demandent pas forcément. On peut en faire un peu trop, mais c’est toujours avec la meilleure des intentions.

L’ami sage: Forcément, les sages du groupe sont ceux qui donnent des conseils, qui partagent leurs expériences pour aider les autres à voir plus clair, qui ont l’oreille attentive, qui ne jugent pas. C’est tellement important d’avoir ces présences dans nos vies. On peut quasiment tout leur dire.

Une même personne peut bien sûr avoir plusieurs des traits que j’ai cité plus haut.

Les types dont on peut se passer:

Le mal aimé: C’est compliqué d’avoir des amis qui n’ont pas confiance en eux, qui l’utilisent comme excuse pour ne pas avancer. C’est tout à fait normal d’avoir des insécurités et de ressentir qu’elles nous bloquent des fois, mais sans cesse s’apitoyer sur son sort n’est absolument pas une solution recommandée.

Ces types d’amis vont toujours attendre que les autres les tirent vers le haut. Vous devenez comme un pansement qui doit toujours couvrir leurs blessures, et lorsque vous voulez réellement aider, vous vous rendez compte que ces personnes sont bien trop à l’aise dans leur « Pity-party » pour faire un quelconque effort dans la bonne direction. That’s a No-No.

L’hypocrite: Ils sont vos amis par intérêt, vous le savez, ils le savent, tout le monde le sait. Dans le passé ce genre d’amitié était plus fréquent, mais de nos jours personne n’a vraiment le temps pour ça. Si le sentiment n’est pas sincère, personne n’en veut.

L’ami au sang chaud: Ces amis qui s’énervent pour un oui ou pour un non. Qui sont extrêmement susceptibles et très très lunatiques. On ne comprend pas trop pourquoi ils se mettent en colère des fois, et il arrive qu’ils nous mettent dans des situations embarrassantes.

L’ami pas impliqué: Ces types d’amis ne montrent pas forcément d’intérêt pour ce qu’il se passe autour, ne remarquent pas quand ça ne va pas, et quand bien même ils le remarquent, il n’y a pas vraiment de réactions. Ces amis peuvent plus ou moins déranger, selon les types d’individus qui les entourent.

L’ami qui laisse tomber: Ces amis attendent que vous soyez toujours présent.e pour eux, mais ne pensent pas souvent à rendre la pareille. Ils ont toujours « mieux » à faire, annulent souvent vos plans pour en faire avec d’autres personnes, et lorsque vous avez besoin d’aide ils sont généralement les derniers à se montrer. Des mots, ils en ont, mais les actes ne suivent pas.

L’ami dispersé: Ces types d’amis veulent être les meilleurs amis de tout le monde dans le groupe. Ça ne fonctionne pas car les personnalités des individus sont différentes, donc à moins d’avoir plusieurs faces, il est presque impossible d’être le/la confident.e de tout le monde. Ces amis créent souvent des tensions entre les membres d’un groupe car ils sont sur tous les fronts.

Et voilà pour cet article! Je n’ai sûrement pas cité tous les types qui existent, mais juste ceux que j’ai rencontré.

Dites moi si vous y avez reconnu des personnes de votre entourage (ou vous même)! À très bientôt pour un nouvel article!

Beaucoup d’amour et bon début de semaine…

Narcisse Xx

L’Afrique Aux Africains

L’Afrique Aux Africains

Bon Mardi à tous et à toutes!

J’avais envie de changer un peu de ton pour mon nouvel article et d’enfin publier un de mes « récits engagés » comme ma soeur les appelle.

Il y a quelques jours j’ai lu pour la première fois le discours du 26 Juillet 2007 de l’ancien Président Français, Nicolas Sarkozy, à Dakar.

Ce discours m’a tout simplement révoltée, plus dans sa formulation et son ton condescendant que dans le message même.

Voilà pourquoi j’ai souhaité toucher à ce sujet qui me semble important pour tout Africain, jeunes et anciens, vivants en Afrique, ainsi que la diaspora à travers le monde.

Je tiens d’abord à préciser que je n’ai de diplôme ni en politique, ni en histoire, que je ne me confirme pas experte de quoi que ce soit, mais réagit tout simplement à un discours qui a interpellé mes émotions.

Mon envie de me réaliser afin d’aider mon pays et l’Afrique en général a essentiellement muri après cette lecture. Ce que j’écris donc dans cet article reste mon opinion… mais je ne crois pas forcement être la seule à le penser.

L’une des périodes les plus douloureuses de l’histoire de l’Afrique (je me réfère surtout à l’Afrique de l’ouest car c’est d’où je viens) a sans aucun doute été l’esclavage. Avec beaucoup de peine le continent a réussi à s’en sortir mais pas sans avoir perdu ses richesses et énormément de ses ressources. L’Afrique a surtout perdu une valeur des plus importantes, un sentiment de fraternité et d’union. La méfiance et l’individualisme se sont installés, et ainsi chacun s’est contenté de son propre bonheur plutôt que de décider de travailler ensemble pour le bien du continent.

Nos propres frères ont ouvert la porte aux oppresseurs en échange de miroirs et babioles sans importance, nous nous sommes entretués, etc… et aujourd’hui le continent est divisé. On passerait des années à débattre et à revisiter ce que l’Afrique fut jadis, ou ce qu’elle a subit des autres, mais ce n’est pas le but ici. Tout ça fait partie du passé et la seule manière positive de l’utiliser c’est en cessant de ressasser les maux de sorte à justifier le retard. Tout n’est pas uniquement de la faute de l’autre.

Sans pour autant oublier ou dédouaner les responsables, j’aime à me dire que ce qui est fait est fait. Cette Afrique qui a été victime s’est relevée, a combattu pour sa liberté et a finit par l’obtenir. Cette même Afrique doit continuer à se battre pour son progrès, son éducation, sa culture, et son développement, tout en ne faisant qu’un.

Nous devons nous servir de notre passé non pas pour s’apitoyer sur notre sort mais pour construire notre avenir.

Battons nous pour ce qui nous reviens de droit. L’Afrique a assez souffert comme ça pour que les décisions dont elle portera les retombées et conséquences soient prises par autrui.

Nous devons dire non a toutes formes de domination et de manipulation venant de l’extérieur et devons surtout accepter que le changement repose sur nos épaules et sur notre volonté.

L’aide extérieure n’est jamais vraiment gratuite, et pour vaincre l’empreinte des autres sur nous, nous devons commencer par changer les mentalités. Une société qui marche puise sa force dans son peuple, mais ceci est difficile quand ce même peuple est divisé.

Nous voulons que l’Afrique se développe? Quelle soit remarquée pour ses qualités, les talents qui la constitue, le potentiel qu’elle a, les richesses qui regorgent en son sein? Que le regard du monde sur nous change?

Il nous faut donc travailler de manière continuelle car personne ne le fera pour nous. Cette Afrique est la notre et si l’on souhaite un quelconque changement, c’est à nous d’agir en conséquence.

Travaillons avec ce dont la nature nous a généreusement fait cadeau et nous n’aurons rien à envier, ni à attendre de qui que ce soit. Que la fierté dont nous parlons tant nous donne la force de repousser les limites du possible et parvenir à créer un rêve Africain pour les Africains, loin des traversées périlleuses que nos frères entreprennent pour obtenir « une vie meilleure », loin des conflits ethnocentriques, de l’insécurité, de cette marque négative qui s’est abattue sur l’Afrique et qui semble indélébile.

Le projet commun des Africains devrait être de faire de leur continent un lieu idéal pour les générations à venir. Non une image utopique sans réelles réalisations ou un constant rappel de ce que nous étions, mais un lieu remplit d’espoir et de perspectives d’avenir pour notre peuple. L’Afrique doit travailler ensemble, main dans la main, afin de ne faire qu’un et de devenir une union inséparable.

Même si nos cultures et coutumes sont différentes, il faut que l’on trouve un moyen de se compléter et de partager les bons cotés de ce que nous sommes en tant que pays africains.

Ne donnons plus l’occasion aux hommes politiques comme Sarkozy ou Macron de venir chez nous pour nous dire ce qu’est notre problème, notre défi, et s’en suit. Acceptons de pointer du doigt certains de nos dirigeants lorsque leurs décisions nous font du tort en privilégiant l’extérieur, lorsqu’ils nous décrédibilisent face au monde avec leurs présidences déplorables. Il faut que les populations des pays concernés par ce retard (développement, mentalités, etc) decident de travailler afin de faire réaliser aux gouvernements que leur manière d’agir doit changer et qu’ils devraient travailler pour le bien de leurs pays et pas seulement pour leur propre gain.

Voyez-vous, bien que nos langues diffèrent, je me dis que sur ce sujet particulier nous nous rejoignons. Pour moi, toute avancée commence par les mentalités.

Car au fond et tout simplement, nous avons tous en tant qu’Africains un but précis:

Faire de l’Afrique ce que veulent les Africains. Uniquement les Africains.

Narcisse Xx